l'ide paye la note

Texte : Quentin Gomez Photos : Xavier Luzuy

(Article écrit par Quentin Gomez (Roots-Fishing) qui est parut dans le Magazine prédator de Janvier 2009)

Parce qu'un p'tit coup de blanc n'a jamais fait de mal à personne et qu'il termine toujours bien un repas...il est parfois judicieux de se rabattre sur des plans B, qui peuvent s'avérer très payants après une journée de pure galère sur des carnassiers apathiques voire carrément absents.

C'est comme ça qu'une après midi estivale après une matinée en float tube plutôt médiocre, où seuls un brochet et une grosse perche seront venus nous sortir de la farniente on the float et après la perte d'un bon gros brochet décroché à bout de bras, que nous décidons avec deux autres acharnés du Team Roots Fishing de tracer la route et de changer de spot.

 

On the road again...and again

Le temps de dégonfler les float et de se faire une pause casse-dalle dans un bistrot paumé où  on avait visiblement pas d'autre choix que jambon beurre ou jambon beurre, nous partons rejoindre une rivière de seconde catégorie bien fournie en gros blancs de toutes sortes et notamment en ides mélanotes, car s'il est bien un avantage de la Normandie malgré son temps « maussade » (Oui pourri si vous voulez...) c'est bel et bien son potentiel halieutique, car sur une même zone il est possible de capturer pas loin d'une dizaine d'espèces de poissons différentes en pratiquant la pêche aux leurres et le street-fishing...

Un court trajet nous séparant du spot matinal, les pneus des voitures crissent déjà sur les graviers et soulèvent un nuage de poussière, une fois le brouillard dissipé nous apercevons les berges rocheuses de la rivière....Par chance le spot est désert.

Ouh ce spot !!

C'est en gros toujours la même réaction en redécouvrant cette courte portion de rivière, aux structures peu communes, lieu de villégiature des kayakistes pour leur entraînement aux J.O que les  gros blancs colonisent à foison, du poisson partout sur les bordures en lisière de courant en pleine activité nourissière, spot riche certes mais non moins difficile à aborder car l'eau y est d'une particulière limpidité l'été et dévale avec un débit impressionnant sur plus de 20 mètres, des contres courant formés dans chaque veine d'eau , alternance de radiers et de pools  profonds, des herbiers en profusion à fleur d'eau et pour finir des « portes » métalliques, sortes de grands câbles tendus au dessus de la rivière munis de longues chaînes qui traînent dans le courant, servant à l'entraînement des kayakistes. Une fois reconnaissance du spot faite et des boulettes à ne pas commettre si on tient à l'intégrité de notre boîte à leurres, il était temps de passer à l'attaque.

Toxicomanie

Simplement parce que dans la pêche du blanc aux leurres c'est une histoire de veine, à la différence que c'est d'eau et de chance qu'il s'agit cette fois.

La majorité des poissons se tenant soit en lisière de courant dans des pools plus profonds à la recherche d'insectes et de poissonnets sur le fond, soit carrément en plein courant, où l'eau turbulente soulève le gravier et apporte son lot de nourriture, il est alors nécessaire de trouver rapidement la bonne veine d'eau et de lancer au bon moment pour déclencher l'attaque de ces poissons aussi méfiants qu'agressifs.

Un soleil de plomb encore haut dans le ciel nous incite à aborder le spot avec la plus grande discrétion, pas le choix, c'est pitching à volonté planqués derrière un bloc de pierre ou une rangée d'orties bien virulentes pour leurrer les poissons en bordure !

SSR à rien d'insister

Omnivore opportuniste, l'ide mélanote n'en reste pas moins carnassière en présence d'alevins et juvéniles,  la chaleur et le comportement des poissons me font donc opter pour un mini crank de type SSR, léger et discret à l'impact il aura plus de chance d'éveiller l'intérêt d'une Ide mélanote sous la surface pendant que mes acolytes du Team Roots fishing décident de pêcher plus creux ou plus coloré.

Un premier lancer en tête de radier, et c'est un gros chevesne qui sort de son poste pour suivre le leurre jusque dans mes pieds sans l'attaquer.

Obnubilé par ce refus, j'insiste sur ce poisson  à tel point que j'en oublie mon objectif premier : me prendre une méga tarte d'ide mélanote !

Je décide donc de me repositionner sur la berge, face à une veine de courant puissante juxtaposant un contre courant, pitching en revers pour esquiver les câbles et le leurre tombe pile à l'endroit escompté entre le courant principal et une turbulence, le SSR dérive rapidement sur 1 mètre lorsque débute la récupération slow rolling ponctuée de twitch, instantanément la touche survient dans une brutalité hors norme en sortant de la veine d'eau principale, le poisson est pendu et part se réfugier dans des blocs en dévalant le courant à une vitesse folle en un éclair métallique, ses premiers coups de têtes et rush sont d'une violence rare pour un poisson blanc, cependant après un combat bref mais intense le poisson se laisse glisser dans ma main, il dépasse les 2 kg, objectif atteint !

 Une remise à l'eau de rigueur, et je retente le même coup, car l'ide au même titre que le chevesne à un instinct grégaire et on peut régulièrement tomber sur des bancs de gros voire très gros sujets dépassant les 2 kg.

De leur coté, Stéphane et Guillaume ont rendus les armes, épuisés par la session float et nos 3 heures de sommeil de la nuit, ils partent se faire une sieste réparatrice à l'ombre des arbres.

Cependant, alors que je suis en train de cuire sous le soleil, je persiste et m'aperçoit qu'après 3 passages, le leurre est refusé par 2 spécimen qui finissent par fuir, en effet ça ne sert à rien d'insister...

L'ide nous fait sa Seine :

De retour le lendemain, le temps de piquer quelques perches, la sensation de me reprendre une claque d'ide me démange, les poissons ont déserté les spots de bordures face au raffut causé par les perches en chasse.

Des éclairs vifs signalent finalement la présence des poissons qui semblent s'être enfoncés dans le milieu de la rivière, à l'abri, protégés par le courant principal, courant qui rendra difficile les dérives optimales le long des pools calmes.

Dès les premiers lancers, les poissons se saisissent du leurre à l'impact dans l'eau, provoquant des attaques franches et immanquable malgré leur rapidité.

Le spot étant vite peigné, et plusieurs poissons mis au sec, il est temps de tracer à nouveau la route pour me diriger vers un hot spot à ides, où la concentration en gros sujets est relative en fonction des marées, mais quitte à prendre une douille, autant tenter de ferrer le lunker du coin.

Arrivé sur le spot, la Seine est en phase de descente, ce qui rajoute une difficulté étant donné que les poissons jusqu'alors sur des postes typiques et marqués en bordure, vont se rediriger sur les cassures du large avec le flot.

Dès lors, il est important d'attaquer le fleuve d'une manière méthodique, car même si pécher l'eau peut s'avérer payant, cette méthode reste hasardeuse et aléatoire.

J'attaque donc rapidement les cassures apparentes, de simples marches en béton, une faille dans  le quai ou un trou dans la berge caillouteuse peuvent cacher une à plusieurs ides.

Les premiers passages rapides ne donnent rien, dans ce cas le « Do nothing » reste une des dernières possibilités pour faire décoller une ide du fond, sans aller jusqu'au terme « Do nothing » plus approprié à la pêche au LS, il convient plutôt de laisser le leurre travailler seul dans le courant, à très faible allure, en minimisant la tension de la bannière, l'action tantôt immobile, tantôt frétillante est provocante et fini par agacer les fish apathiques.

Alors les jours de galère, n'hésitez pas à sortir de votre pêche conventionnelle, et allez tenter le diable en titillant les blancs carnassiers ou simples curieux, leur pêche aux leurres peut se montrer très fructueuse et vous redonnera le moral après une déroute face à des becs ou des bass récalcitrants. Les espèces de blancs sont nombreuses, et leurs hybrides encore plus, un combat avec un hybride Ide mélanote/Chevesne sans être fabuleux procure de l'adrénaline àlors sortez votre matos light et vos petits leurres, la claque en vaut la chandelle...

 

 

 Home - Pêche en eau douce - Pêche en mer - Contact - liens - Forum

© Roots fishing - Tous droits réservés

Ce site est dédié à Pierre Milleret.